Aujourd’hui on vous présente la Maison Marie Tounette, une droguerie naturelle zéro-déchet qui a ouvert ses portes il y a un an et demi à Lyon, avec Emma aux commandes.

Nous avons poussé la porte de sa jolie boutique pour la première fois en Septembre dernier. Installée dans le premier arrondissement de Lyon, La Maison Marie Tounette émerveille par sa vitrine, toujours très bien décorée dans un style minimaliste qu’on adore.

Commerce local: la Maison Marie Tounette

A l’intérieur, une sélection pointue des indispensables du quotidien, choisis selon leur impact environnemental ou social. Sur les étagères se côtoient jeunes créateurs aux belles valeurs et marques françaises authentiques, au savoir-faire unique. Plus qu’une boutique, Emma partage aussi toutes ses astuces et recettes de grand-mère, pour un mode de vie plus responsable.

“Ici, on ne consomme plus, on vit une expérience authentique”

On a eu envie d’en savoir un peu plus sur Emma, les raisons qui l’ont poussé à ouvrir sa droguerie naturelle, et son quotidien de commerçante, notamment durant cette période particulière. Dans cette interview, Emma nous partage son expérience, ses conseils et ses projets pour cette nouvelle année.

Est-ce que tu peux nous raconter l’histoire de la Maison Marie Tounette?

Après avoir travaillé dans le monde du Bien Être pendant 5 ans sur Paris, j’avais envie d’ouvrir ma boutique. Et c’est parti d’un mix de beaucoup de choses. Je suis assez manuelle, sensible à l’écologie, mais aussi très déco. J’adore chiner, brocanter, c’est une autre de mes passions. A Paris je trainais beaucoup dans des drogueries, j’adore repérer des objets. Et puis je me suis dit pourquoi j’ouvrirai pas une droguerie ? Mais naturelle. Une version écolo, plus respectueuse et durable, avec des beaux objets, qui soient créés principalement en France. Des objets qu’on peut laisser dans la maison, mais qui servent, qui sont utiles. Et puis pourquoi pas retranscrire des recettes de grand-mère. Sachant que petite, ma grand-mère aimait bien nous transmettre des recettes, des petites astuces, donc ça faisait ressortir tous ces souvenirs-là. Et voilà, la Maison Marie Tounette est née !

Emma, créatrice de la Maison Marie Tounette - interview Ecopresto

Quels produits peut-on trouver dans ta boutique?

On peut trouver des produits d’entretien bio en vrac, qui sont faits dans la Drôme, des ustensiles et accessoires de cuisine, et tout ce qui touche à la salle de bain: des produits réutilisables et le plus possible zéro déchet. Donc des shampoings et savons solides, des déodorants etc. Ce sont souvent des belles marques, comme Andrée Jardin, pour qui écologie et esthétique vont ensemble, et de beaux objets. On peut trouver par exemple un très beau plumeau, qu’on a envie de laisser sur la table en déco, mais en même temps très pratique pour dépoussiérer. Pour la cuisine on a aussi une chaussette d’avocat en laine, pour le faire mûrir, qui est vraiment très jolie. On dirait une petite moufle avec des couleurs très douces. Il y a aussi de l’acier émaillé, qui fait référence à la vaisselle de nos grands-parents, qu’on peut laisser en évidence. 

Que recherchent tes clients quand ils viennent à la Maison Marie Tounette ?

Ils viennent chercher des produits qui sont plus respectueux et plus minimalistes. J’ai beaucoup de clients qui viennent pour tout ce qui touche à l’univers de la lessive. Donc ça va de la lessive en vrac, aux copeaux de Marseille pour la faire eux-mêmes, la brosse à linge, jusqu’aux balles de lavage, qui fonctionnent bien. Il y a aussi pas mal d’adeptes du savon de Marseille: j’ai une clientèle qui vient vraiment pour ça. Ils viennent aussi pour l’univers de la salle de bain, que je ne voulais pas forcément développer au début, mais j’ai eu beaucoup de demandes. Notamment pour les shampoings et les savons solides, car les gens veulent moins de savon liquide, moins d’emballage. J’ai aussi beaucoup de clients qui viennent pour la vaisselle, pour trouver une alternative aux éponges jetables. Ils ne veulent plus de produits jetables, ils recherchent vraiment des produits qui durent.

Produits zéro déchet et écoresponsables - Maison Marie Tounette

Comment t’organises-tu pour gérer ta boutique ?

Au départ j’étais seule, et depuis Novembre dernier j’ai embauché une apprentie, Chloé, qui est en alternance. Elle est là 3 jours par semaine. Elle m’aide beaucoup et elle apprend plein de choses. C’est vraiment super car ça me permet au fur et à mesure de me libérer un peu de temps pour gérer le reste. Parce qu’il y a la boutique physique, où il faut être présent avec les clients, mais il y a aussi tout ce qu’il y a derrière. Il y a beaucoup de choses à gérer donc ça me permet de me dégager du temps pour faire de l’administratif, chercher de nouveaux produits à mettre en boutique, réfléchir à l’évolution de la boutique …

Comment sélectionnes-tu tes marques?

Je sélectionne mes marques au coup de cœur. Quand je vois des produits qui me plaisent, je vais me diriger vers la marque en question. Je vais regarder le lieu de fabrication principalement, car les clients me demandent beaucoup d’où ça vient, et les matières. Donc c’est soit fait en France, soit fait en Europe. Après il y a des produits qui ne peuvent être produits ici, comme ceux en acier, mais il y en a très peu. Pour découvrir des marques, j’utilise énormément Instagram, qui est une mine d’or pour trouver des produits.

Sélection de produits zéro déchet et marques françaises

Pourquoi as-tu choisi de passer par Ecopresto?

Parce qu’il y a plusieurs marques regroupées au même endroit, et ça c’est très intéressant. Il y avait des marques que j’avais déjà repéré, mais parfois le minimum de commande était trop élevé, ou si jamais je voulais juste un ou deux produits d’une marque ce n’était pas possible. Alors que là je peux,. On peut faire son petit marché dessus et découvrir plein de marques différentes, j’ai trouvé ça super bien. Et ça regroupe beaucoup de marques que j’aime bien et que je vais peut-être proposer à la boutique.

Pourquoi c’est important pour toi d’encourager le commerce local et le made in France ?

C’est très important parce qu’on est plus proche du fabricant, on est plus sûr de ce qu’on va acheter, il y a plus de contact humain. C’est faire perdurer un savoir-faire, assurer la qualité du produit. Et en même temps un produit fait localement, c’est soutenir une économie, c’est Français. Je trouve ça dommage d’aller à l’autre bout de la planète pour avoir un produit qui va faire des milliers de kilomètres alors qu’on peut très bien faire perdurer une entreprise française qui a de belles valeurs, sur notre territoire. C’est d’autant plus beau, et c’est de l’entraide aussi. Je le vois à ma petite échelle, mais par exemple le midi j’essaie d’aller manger chez tel commerçant à côté; c’est de la solidarité, et c’est important, surtout en ce moment. On se rend compte qu’il n’y a pas besoin de commander à l’autre bout du monde pour avoir un produit, on peut très bien le trouver autour de soi si on cherche bien, et il faut entretenir cette solidarité là.

Une droguerie naturelle zéro déchet

Comment t’es tu adaptée à la situation du corona virus ?

Pour le premier confinement, j’ai beaucoup travaillé sur le site internet. Ça m’a donné le temps de bosser dessus et de pouvoir créer la boutique en ligne, qui n’a été disponible qu’après le premier confinement. Pendant le deuxième confinement, la boutique en ligne était ouverte, et j’ai pu mettre en place un un service de click & collect. J’ai aussi décidé d’embaucher Chloé {son alternante} pour m’aider, grâce aux aides de l’État. C’est important de le dire car sinon je n’aurais jamais pu. Et ça m’a beaucoup aidé. En Décembre j’ai ouvert 7j/7, et là avec le couvre feu je me réadapte encore. J’ouvre 6j/7 et en élargissant les horaires, en ouvrant à 9h. J’ai aussi fait des actions sur les réseaux sociaux mais ce n’est pas non plus mon métier, donc c’est pas évident et j’ai aussi énormément de choses à faire à côté. Mais on s’adapte !

Quelle stratégie digitale as-tu mis en place ?

Je n’ai pas vraiment de stratégie en tête car je n’ai pas fait d’études de communication. J’essaie surtout de faire participer les gens au maximum, d’avoir les retours. En décembre j’ai fait un calendrier de l’avent, qui a ben fonctionné. J’ai aussi fait participer une dizaine de clients pour des tests produits. Je leur faisais payer à prix coûtant, et le but était qu’ils testent 3 produits pendant deux semaines. Ensuite je leur ai envoyé un questionnaire pour qu’ils me disent s’ils pensaient que les produits avaient leur place dans la boutique ou pas. J’essaie de faire des petites actions comme ça de temps en temps, de donner des conseils … Après je ne sais pas si je peux dire que j’ai vraiment une stratégie ou pas, mais je fais juste les choses comme ça, pour garder le lien avec les clients.

Boutique Maison Marie Tounette à Lyon

Quels sont tes projets pour 2021?

J’aimerai bien développer un peu plus la boutique. Ça fait un an et demi que j’ai ouvert et la Maison Marie Tounette commence à se faire connaître un petit peu plus. Par exemple, j’aimerai bien faire des actions pour le printemps sur le jardinage. Mettre à l’honneur des produits du jardin, comme des graines bio non hybrides. J’ai très envie de reprendre les ateliers aussi, ça me manque. Dans l’ensemble, continuer à développer la boutique, la faire grandir. J’ai un autre projet aussi qui devrait arriver dans l’année. Je suis en train d’écrire un livre sur la droguerie naturelle, donc ça me prend pas mal de temps. C’est un autre projet mais je pourrais en parler un peu plus plus tard!

Quels conseils donnerais-tu aux commerçants confrontés aux mêmes défis que toi?

Je parle avec ma propre expérience, mais il faut bien se faire entourer de personnes positives. Éviter d’être seul c’est très important. Si on est pas à l’aise sur les réseaux sociaux, ne pas hésiter à demander de l’aide. Les réseaux sociaux ont un impact énorme et peuvent vraiment aider à faire connaître certains commerces. Donc ne pas hésiter à se faire aider par des stagiaires en communication, contacter des écoles, et demander aussi aux alentours. C’est comme ça que j’ai découvert que je pouvais prendre une apprentie grâce aux aides de l’Etat, en discutant avec d’autres commerces. Il ne faut pas hésiter à s’ouvrir, à rencontrer des personnes, c’est en discutant qu’on apprend des choses. Et ça redonne un peu d’espoir aussi. J’espère qu’on va bientôt sortir de cette situation compliquée et que ça va aller. Il faut rester positif et continuer à croire en son commerce !

Merci à Emma de nous avoir accordé du temps pour nous partager son expérience et nous faire découvrir la Maison Marie Tounette.

Et si vous passez à Lyon, rendez-vous au 42 rue Sergent Blandan pour découvrir sa droguerie naturelle!

Laisser un commentaire